29
Oct

Savoir dire NON à son manager !

Oser dire “non” à son manger, ses collègues ce n’est pas se rebeller, ni manquer de respect. Pour la plupart des employés, dire “non” est chose impossible à prononcer au travail… Il est pourtant l’un des mots le plus petit de la langue française mais semble être l’un des plus robustes à engager. Le “non” du moins au bureau est le garant du bien-être professionnel, il est un acte d’indépendance et de liberté d’action ! 

“Être libre c’est savoir dire non”,  Jean-Paul Sartre

 

Pourquoi dire “non” au travail ? Et pourquoi est-ce compliqué à dire ? 

Une mission qui n’est pas en lien avec votre contrat ou vos compétences ? Un ordre/demande qui ne colle pas avec vos valeurs ? Une incapacité pratique de répondre à la demande ? 

Il existe une multitude de raisons de dire “non” à son manger ou à ses collègues ! Mais la plupart du temps, il est socialement mal vu, voir incorrect de dire “non” à une demande de son patron et même de ses collègues. Mal vu, comme étant égoïste ? Malpoli ? Négligeant ? Eh bien NON, savoir dire “non” c’est connaître ses limites, ses envies et c’est surtout s’écouter. Dire “oui” juste pour satisfaire autrui et par peur de décevoir n’est pas un mode de vie, ni une manière d’être. Il ne faut pas être soumis à ses supérieurs ni à ses collègues, le travail c’est collaboratif, c’est un travail d’équipe. Si vous dites “non” pour une tâche c’est que vous ne vous sentez pas en capacité de le faire, et c’est tout à fait NORMAL ! 


Comment dire “non” ?

Dire “non” ce n’est pas seulement ce petit mot, derrière cela, il faut savoir expliquer le pourquoi du comment !

“Non” peut amener à un débat constructif entre deux ou plusieurs interlocuteurs : c’est-à-dire expliquer le pourquoi du refus et aboutir à une décision constructive. Le plus souvent, les meilleures idées naissent suite à des confrontations de point de vue. 

“Non” c’est aussi révéler ses droits, ses capacités et défendre ses valeurs. Un patron qui demande un travail avec un délai trop court ? Des missions qui n’en finissent pas ? Vous n’avez pas le matériel, les ressources pour faire le travail demandé ? Vous êtes alors en capacité de dire “non” et de faire valoir vos droits ! 

Mais la plupart du temps, après une discussion constructive ou chacune des parties se comprennent, une alternative peut être établie. Le principal est d’être chacun à l’écoute d’autrui et de ne pas camper sur ses positions, mais plutôt d’être ouvert à d’autres alternatives. En tant qu’êtres humains on est tous équivalents et même en entreprise ! Nous avons simplement des responsabilités et des rôles qui diffèrent, et si chacun connaît les limites de chacun c’est un bon début !


Prendre des précautions 

Il va de soi que lorsqu’un salarié signe un contrat de travail il est tenu à l’exécution de celui-ci. Cependant, un salarié est dans ses droits en refusant de faire une tâche s’il juge que la dite action en question n’est pas en lien avec son contrat de travail. Le Code du travail permet aussi de pratiquer “le droit de retrait” si sa santé ou sa sécurité sont mises en danger


Mais il va de soi que dire “non” c’est : argumenter, être à l’écoute, être franc et poli mais aussi proposer des alternatives pour que les deux partis soit content du résultat final !


 

Source : Alexiane Dardaillon, Chargée de Communication

 

Partager